Catégories
Conseils & Bonnes pratiques
L'Agenda 2030
L'article du mois
La Journée internationale des forêts
Sans catégorie
Teragir et ses programmes
à lire aussi
lundi 28 Sep 2020
5 questions / réponses sur le métier de forestière
Partager sur :
Image Article

Comme les pépiniéristes, être forestier est un métier passion.

Depuis plusieurs années, des femmes et des hommes engagés pour les forêts répondent présents pour proposer aux élèves des animations de forestiers dans le cadre du volet pédagogique La Forêt s’invite à l’École.

Rencontre avec Céline Puech, une forestière de l’Office national des forêts passionnée et passionnante, qui a accepté de répondre à nos questions :

 

Comment êtes-vous devenue forestière ?

[Céline PUECH] Lors de mon orientation (en lycée général), je me suis posée des questions sur mon avenir. En tant que fille d’agricultrice d’une petite exploitation aveyronnaise, et comme la marche constitue un loisir « vital », un métier au grand air était une évidence pour moi. Le milieu de la pêche ne m’attirait absolument pas ; celui de vétérinaire était inenvisageable (niveau d’étude trop élevé) ; enfin je voyais les énormes contraintes du métier d’agriculteur (présence 365 jours sur 365 matin et soir…). Et pourquoi pas la forêt ? Parvenue au lycée forestier de Meymac (19), j’ai tout de suite adoré la forêt, car elle regroupe beaucoup de disciplines : géologie, pédologie, climat, gibier, gestion forestière, maladies des arbres, accueil du public, commercialisation des bois, techniques d’exploitation, préservation d’espèces ou de milieux à enjeu…

« C’est bien la combinaison des 3 missions de la forêt (multifonctionnalité) qui m’intéresse ! »

Que préférez-vous dans votre métier ?

[Céline PUECH] Ce qui m’attire dans mon métier de forestier à l’Office national des forêts est justement l’aspect « généraliste ». En effet, même si je ne suis pas référente dans un domaine particulier, le fait de « toucher à tous les sujets » (paysage, eau, accueil du public, protection en plus de la gestion forestière) rend ce métier passionnant. Il apprend à demeurer humble, car on apprend de nouvelles choses tous les jours. De plus, ce métier évolue, au fil des saisons bien entendu, mais dans le temps également, avec la prise en compte du réchauffement climatique ainsi que l’évolution des attentes sociétales vis-à-vis de la forêt. Enfin, un forestier ne peut pas être « ermite » : le contact et les échanges humains sont passionnants (avec les élus, entre collègues, en accueillant du public, avec les différents intervenants (chasseurs, exploitants forestiers…). En résumé, c’est bien la combinaison des 3 missions de la forêt (production, protection et accueil = multifonctionnalité) qui m’intéresse !

 

Pour vous, que représente l’arbre et la forêt ?

[Céline PUECH] La forêt est le poumon vert de la planète (j’enfonce ici une porte ouverte, mais il est important de le rappeler, surtout quand on observe des pratiques actuelles plus que critiquables de la part de certains pays comme le Brésil vis-à-vis de la forêt amazonienne). La forêt est un élément incontournable du paysage : il ne faut pas oublier qu’1/4 de la France est recouverte de forêts ! Et ce qui fait la richesse de notre forêt française est justement sa grande diversité : forêt équatoriale guyanaise, landaise avec ses Pins maritimes, résineuse de montagne, chênaies de plaines… La forêt est essentielle dans la gestion et la préservation de l’eau (ce qui va devenir un enjeu à l’avenir). De plus, le bois constitue un matériau hyper intéressant, car renouvelable, résistant et stockant du CO2 durant toute sa vie. Enfin, je trouve que la forêt est un des écosystèmes les plus complexes et pouvant accueillir autant de diversité (flore, mammifères, oiseaux, insectes, champignons…). L’être humain est bien peu de chose comparé à la forêt…et pourtant il peut la mettre en péril par ses mauvaises pratiques !

« C’est bien la combinaison des 3 missions de la forêt (multifonctionnalité) qui m’intéresse ! »

Pouvez-vous nous dire quelques mots concernant les animations de forestiers, que vous assurez dans le cadre de La Forêt s’invite à l’École ?

[Céline PUECH] Les animations nature en général représentent pour moi la cerise sur le gâteau dans mon métier. C’est d’autant plus vrai avec les enfants. Ils sont beaucoup plus perméables et sensibles au discours de préservation de l’environnement que les adultes. Même si nos enfants sont déjà très sensibilisés à l’environnement avec l’école, l’évolution de la société, cela reste primordial de le leur rappeler. C’est également important de leur faire prendre conscience que la forêt englobe divers usages : promeneurs, cueilleurs de champignons-myrtilles…, chasseurs, exploitants forestiers… La forêt doit permettre cette cohabitation des « genres »… Enfin, le fait d’expliquer notre métier quotidien permet également de prendre du recul sur nos propres pratiques !

 

Pour terminer, avez-vous une anecdote à nous raconter avec le monde de la forêt, de l’arbre et du bois ?

[Céline PUECH] Voici une petite anecdote assez délectable et qui reflète la méconnaissance du public concernant la forêt. Lors d’une visite guidée avec des collégiens, après la partie en forêt, nous devions visiter une scierie. Or, un jeune avait compris que nous nous déplacions en… Syrie ! Ceci reflète bien la méconnaissance du monde forestier. De la même manière, il est parfois désagréable d’être confronté à des personnes ayant des préjugés sur la forêt : l’enjeu est de leur faire comprendre qu’il s’agit d’un milieu complexe avec divers usages à concilier… La communication est alors essentielle !

L’un de mes meilleurs souvenirs forestiers fut d’avoir pu observer durant une dizaine de minutes de jeunes renardeaux sortant juste de la tanière : là, on se sent vraiment privilégié !

L’un de mes meilleurs souvenirs en animation nature est la présence d’un enfant autiste qui avait (selon ses parents et enseignants) adoré la promenade explicative. De façon générale, les enfants apprécient une intervention en milieu ouvert : il n’y a pas les barrières que représentent les 4 murs d’une salle de classe et les choses sont beaucoup plus concrètes : on peut toucher, mesurer, écouter…

 

L’équipe de la Journée internationale des forêts remercie chaleureusement Céline Puech, qui a accepté de répondre à notre interview.

Si vous souhaitez vous aussi bénéficier d’une animation de forestier pour vos élèves, inscrivez-vous à notre volet pédagogique La Forêt s’invite à l’École.