Catégories
Conseils & Bonnes pratiques
L'Agenda 2030
L'article du mois
La Journée internationale des Forêts
Teragir et ses programmes
à lire aussi
lundi 09 Déc 2019
Comment choisir son sapin de Noël ?
Partager sur :
Image Article

Nous sommes début décembre et vous souhaitez faire un sapin pour fêter Noël ?

Comme beaucoup, vous vous questionnez sûrement sur le choix de votre sapin, notamment en termes d’impact sur l’environnement. Que prendre ? Un sapin naturel ou un sapin artificiel ?

L’équipe de la Journée internationale des forêts vous propose de décrypter les avantages et les inconvénients du sapin naturel et artificiel afin de vous aider à faire le meilleur choix.

 

Sapin naturel :

Chaque année, environ 6,1 millions de sapins naturels sont vendus en France.

Ce sapin possède de nombreux atouts environnementaux.

Tout d’abord, il faut savoir que les sapins naturels vendus pour Noël sont issus de culture. Ils ne sont donc pas prélevés en forêt.
Comme chaque arbre lors de sa croissance, il produit de l’oxygène et capte du CO2. Les pépiniéristes laissent grandir chaque sapin pendant une durée de 5 à 10 ans avant d’être coupé, ce qui leur permet d’atteindre différentes tailles pour être vendus.

En prenant en compte ces éléments, et selon une étude québécoise, un sapin naturel a donc un bilan carbone de 3,1kg de CO2/an.

Une fois les fêtes passées, le sapin naturel se recycle. De nombreuses collectivités proposent de récupérer votre sapin de Noël afin de le revaloriser en le transformant en copeaux de bois pour le paillage par exemple ou encore en servant pour le compost.

 

Même si le sapin naturel semble être une solution durable et à faible impact carbone, il faut toutefois être vigilant sur certains points.

Il est important de vérifier :

  • La provenance de votre sapin naturel : son bilan carbone ne sera intéressant uniquement si votre sapin est produit localement ou au moins en France.
  • La façon dont a été cultivé votre sapin : l’usage de produits phytosanitaires existe pour la culture du sapin. Il est donc recommandé d’acheter votre sapin en regardant attentivement l’étiquette. Des labels comme Plante Bleue, le Label Rouge ou encore Agriculture Biologique permettent d’assurer des conditions de production respectueuses de l’environnement.
  • Evitez les sapins colorés, pailletés ou recouverts de neige artificielle. Ces substances, en plus d’être toxiques et potentiellement inflammables, rendent votre sapin non recyclable. De plus, cela augmente le prix d’achat du sapin.

Enfin, soyez vigilants concernant les sapins vendus en motte ou en pot. En effet, très souvent, ces sapins ne survivent pas une fois replantés. Cela s’explique par plusieurs facteurs :

  • Ces sapins ont passé plusieurs semaines au chaud chez vous. En étant replanté à l’extérieur, ils sont victimes d’un choc des températures et ne réussissent pas à s’adapter aux conditions climatiques difficiles et rudes de l’hiver.
  • Ces sapins ont été placés dans des pots trop petits, ce qui abîme leurs racines et ne permet pas une reprise optimale une fois en terre.

 

Enfin, cette pratique dégrade les sols des sapinières et les appauvrit, puisque le sapin est arraché avec sa motte de terre.
L’achat d’un sapin en pot ou en motte est donc une fausse bonne idée ! Sauf si le sapin a grandi dans un pot suffisamment grand, ce qui est rarement le cas.

 

Sapin artificiel :

On dénombre environ 1 million de sapins artificiels achetés chaque année en France.

L’un des grands avantages du sapin artificiel est qu’il reste vert et ne perd pas ses aiguilles au fil des jours. Il peut être réutilisé d’année en année, ce qui est un atout.
Très souvent, le consommateur pense qu’acheter un sapin artificiel permet de préserver la forêt. C’est l’un des principaux arguments avancés par les personnes achetant un sapin artificiel. Or, ce n’est pas le cas comme nous l’avons vu plus haut.

 

Les sapins artificiels sont composés de matières plastiques et de métaux. De ce fait, ils ne sont pas recyclables et non biodégradables.
De plus, la réduction de la consommation de plastique est l’un des principaux enjeux planétaires comme le montre la prise de conscience actuelle autour des sujets environnementaux.
Enfin, dans la majorité des cas, ces sapins artificiels sont produits en Asie et transportés dans notre pays en avion. Tous ces facteurs additionnés lui assurent un bilan carbone lourd.

Une étude québécoise a calculé qu’un sapin artificiel a un bilan carbone de 8,1kg de CO2/an. Le bilan carbone d’un sapin artificiel sera donc intéressant et favorable à partir de 16 ans d’utilisation.

Si vous comptez le garder de nombreuses années, le sapin artificiel pourra être un choix intéressant. Veillez donc à l’acheter de qualité afin qu’il puisse durer avec les années.

 

Vous hésitez encore entre les deux ? Vous voulez organiser un Noël plus durable ?
Pourquoi ne pas créer votre propre sapin ? Il existe de nombreux tutoriels DIY (Do It Yourself) pour faire son sapin soi-même à partir de matériaux de récupération. En bois recyclé, avec seulement quelques branches, en carton, avec des chutes de textiles ou encore quelques lumières, les possibilités sont nombreuses !