Catégories
Conseils & Bonnes pratiques
L'Agenda 2030
L'article du mois
La Journée internationale des forêts
Sans catégorie
Teragir et ses programmes
à lire aussi
mardi 28 Juil 2020
Comprendre le rôle des arbres pour contrer les îlots de chaleur urbains
Partager sur :
Image Article

Depuis quelques années, avec le changement climatique, les étés sont de plus en plus chauds.
En 2019, des températures records ont été enregistrées partout en France, et notamment en ville : 43,5°C à Montpellier, 42,6°C à Paris, 41,5°C à Lille, 40,5°C à La Rochelle ou encore 40,1°C à Rennes.
En milieu urbain, la chaleur ressentie est encore plus importante à cause de la création d’ilots de chaleur urbains ; il s’agit d’un secteur urbanisé où les températures sont plus élevées que dans les secteurs environnants. Il est le résultat des choix d’aménagement des milieux de vie, notamment la minéralisation des surfaces.

 

Face à cette hausse des températures, est-il possible d’agir et de limiter les températures en ville ?

La réponse est oui.
Cela est avant tout une question d’aménagement. Les surfaces minérales (du type asphalte, goudron, gravier et béton), les surfaces vitrées, la forme des bâtiments et l’activité humaine jouent un rôle important dans la constitution des îlots de chaleur.
De plus, le manque de végétation est également un facteur à prendre en compte. Si pendant longtemps, les arbres ont été peu présents en ville, aujourd’hui élus locaux ont bien compris l’intérêt et les avantages de végétaliser leur territoire. De nombreuses communes lancent des actions de plantation citoyenne.

De par son fonctionnement, l’arbre rend de nombreux services écosystémiques : absorption du gaz carbonique, production d’oxygène, filtration des particules et des polluants dans l’air, filtration de l’eau, stabilisation des sols, etc.

Mais ce n’est pas tout : l’arbre permet également de réguler la température. En effet, grâce à son couvert végétal, l’arbre bloque la lumière du soleil, fait de l’ombre et transpire par ses feuilles, ce qui créé de l’humidité et permet d’assurer une climatisation naturelle. Une étude menée par l’Ademe démontre qu’un arbre mature peut évaporer jusqu’à 450 litres d’eau par jour, soit l’équivalent de 5 climatiseurs qui tourneraient pendant 20h.
A l’occasion de la Journée internationale des forêts 2018, dont le thème était « forêts et villes durables », l’ONU rappelait d’ailleurs qu’un arbre bien placé permet de réduire de 30% les besoins en climatisation et de rafraichir l’air ambiant de 2 à 8°C.

Toutefois, pour que les arbres puissent jouer leur rôle de climatiseur naturel en ville, il est important de faire attention aux essences choisies et à l’endroit où il sera planté. Il faut privilégier les arbres à feuilles caduques, avec un feuillage abondant, qui permettent de bloquer la lumière du soleil en été et de la laisser passer pour atteindre les bâtiments en hiver, permettant ainsi de les réchauffer.

Une autre alternative à la plantation d’arbres en ville est la création de façades végétalisées.
Des études ont démontré que la température d’une façade végétalisée diminue de 20°C par rapport à une façade classique. C’est donc une alternative intéressante pour faire baisser la température de nos bâtiments et plus généralement de nos villes !

Plus que jamais, l’arbre et la végétation ont leur place dans nos villes. De nombreuses initiatives vertes se mettent donc en place pour lutter contre les ilots de chaleur urbains et ainsi construire les villes de demain !

Si le sujet vous intéresse, n’hésitez pas à regarder l’épisode « Quand notre thermomètre explose ! », diffusée le 08/07/2020 dans l’émission Le Monde de Jamy.
En voici un extrait :